Support de formation : guide complet pour créer des formations innovantes

Date de publication : 10 mai 2024

Saviez-vous que 77% des entreprises considèrent la formation comme un facteur clé de réussite ? 

La formation professionnelle est en pleine mutation. Jusque-là, on ne vous apprend rien. Fini le temps des sessions en présentiel interminables et soporifiques ! Les nouvelles générations d’apprenants réclament des formats stimulants. Et les dernières avancées en termes de pédagogie et de technologies éducatives rendent cela possible.

Dynamiser ses formations grâce à des supports engageants, c’est désormais à la portée de toutes les entreprises. Mais par où commencer lorsqu’on souhaite rendre ses cursus plus innovants ? Comment identifier les besoins des apprenants et y répondre via des contenus accrocheurs ? 

Découvrez toutes les bonnes pratiques pour créer des supports de formation innovants. Nous vous guidons à travers les étapes indispensables : comprendre ce qu’est un support de formation, créer des contenus accrocheurs en utilisant les nouvelles approches pédagogiques, mais aussi déployer et améliorer vos formations pour garantir leur efficacité sur le long terme.

Comprendre les supports de formation

Qu’est-ce qu’un support de formation ?

Un support de formation, c’est tout ce qui va permettre de transmettre des connaissances et des compétences aux apprenants. Concrètement, on peut utiliser :

  • Les bons vieux supports papier : fiches techniques, livrets pédagogiques, exercices pratiques. Oui, les polycopiés et les livres ont encore de beaux jours devant eux ! C’est rassurant pour certains publics peu à l’aise avec le digital. Et on peut les emmener partout pour réviser.
  • Les supports numériques : là, on rentre dans le 21ème siècle ! Les modules e-learning, les MOOC, les vidéos explicatives ou les quizz interactifs offrent plein de possibilités. C’est ludique, flexible, on peut suivre la formation à son rythme. Le top pour les digital natives.
  • Les supports collaboratifs : parce que la formation, c’est aussi échanger entre pairs. Les forums, FAQ et wikis permettent de partager ses connaissances et de poser ses questions à la communauté.
  • Les supports physiques : pour les formations pratiques, rien ne vaut le fait de manipuler soi-même les équipements ou les maquettes. Cela renforce la mémorisation.

Il existe une grande variété de supports de formation. L’idéal est souvent de combiner plusieurs formats complémentaires pour une expérience d’apprentissage riche !

Besoin de former vos équipes à de nouveaux process ou outils complexes ? La vidéo pédagogique de Toolearn associe explications d’experts, démonstrations visuelles et mises en situation réalistes. Optimisez vos actions de formation digitale en confiant la création de vos contenus à nos ingénieurs pédagogiques ! Bénéficiez de notre expertise pour concevoir des modules vidéo engageants. Demandez un devis personnalisé.

Avantages et inconvénients des supports de formation

Les supports numériques, c’est clairement l’avenir de la formation ! Ils offrent de nombreux atouts :

  • C’est flexible : on peut suivre la formation à son rythme, où on veut, quand on veut, en avançant à sa guise. Pratique pour les salariés super occupés !
  • C’est interactif : avec des quizz, des simulations, des exercices pratiques, on est acteur de sa formation. C’est bien plus motivant que d’écouter un long monologue.
  • C’est facile à mettre à jour : pas besoin de réimprimer des centaines de polycopiés à chaque changement. Quelques clics et le contenu est à jour !

Mais attention, cela demande d’avoir un minimum d’équipements informatiques et de compétences techniques. Certains salariés peu à l’aise avec le numérique peuvent se sentir perdus.

Les supports papier traditionnels ont donc toujours quelques avantages :

  • C’est facile d’accès : pas besoin d’ordinateur, on peut emmener ses fiches partout et réviser dans les transports en commun, par exemple.
  • C’est rassurant pour les personnes peu à l’aise avec l’informatique. Manipuler des documents papier, ça reste confortable !

Par contre, c’est clairement limité en termes d’interactivité et très lourd à mettre à jour.

L’idéal est donc souvent de mixer les deux : du papier pour le support de cours et du digital pour l’interactivité ! Il faut trouver le juste équilibre entre innovation et inclusion.

Critères de choix d’un support de formation

Pour sélectionner les bons supports, il faut prendre en compte plusieurs critères :

  • Les objectifs pédagogiques. S’agit-il de transmettre des connaissances théoriques, d’apprendre des procédures ou de développer des compétences pratiques ? Selon les cas, certains supports seront plus adaptés.
  • Le public cible. Quel est son niveau d’équipement informatique ? Ses compétences numériques ? Certains publics comme les seniors ou les salariés peu qualifiés peuvent nécessiter davantage de supports papier.
  • Le budget. Développer des modules e-learning ou des MOOC vidéo demande des investissements plus importants. Les supports papier restent économiques.
  • La nécessité de mises à jour fréquentes. Si les contenus évoluent souvent, mieux vaut privilégier des supports numériques facilement modifiables.
  • Le caractère innovant recherché. Si on souhaite proposer des modalités d’apprentissage modernes et engageantes, l’accent devra être mis sur le multimédia et l’interactivité.

Selon une étude menée en 2020, 78% des salariés jugent les formations uniquement présentielles peu motivantes. Intégrer des supports digitaux et varier les formats pédagogiques sont donc des pistes d’amélioration à explorer.

Créer des supports de formation innovants

Identifier les besoins en formation

Avant de se lancer tête baissée dans la conception d’une formation, vous veillerez à bien cerner les besoins des apprenants. Plusieurs étapes :

  • Recueillir les besoins exprimés par les apprenants et les responsables. Réaliser des entretiens ouverts pour bien comprendre leurs attentes.
  • Observer les apprenants en situation de travail. L’idéal est de réaliser des immersions sur le terrain pour détecter les difficultés rencontrées.
  • Interviewer les parties prenantes (managers, collègues…). Elles peuvent apporter un regard extérieur précieux sur les compétences à développer.
  • Faire un diagnostic précis des écarts de compétences à combler. Sur quels aspects les apprenants doivent-ils progresser ?

Cette analyse approfondie, même si elle demande du temps, est indispensable pour construire une formation vraiment sur-mesure, en phase avec les besoins du terrain. Selon une étude menée par le cabinet Deloitte en 2021, 76% des salariés jugent que leur formation ne couvre pas entièrement leurs besoins professionnels. C’est donc essentiel de rectifier le tir !

Élaborer un programme de formation sur-mesure

Sur la base des besoins identifiés, vous devrez construire un programme complet et détaillé qui servira de feuille de route pour la création des contenus :

  • Définir des objectifs pédagogiques précis, en utilisant par exemple la méthode SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalistes, Temporellement définis).
  • Structurer le programme de manière logique et cohérente, en définissant des modules ou séquences d’apprentissage progressives.
  • Varier les activités d’apprentissage pour stimuler l’attention : cours magistraux, démonstrations, exercices pratiques, études de cas, mises en situation, projets collaboratifs…
  • Prévoir des évaluations formatives (quiz, exercices, travaux pratiques) pendant la formation pour valider la compréhension et la progression.
  • Intégrer également une évaluation finale certifiante si nécessaire (examen, réalisation d’un projet synthèse).
  • Durée indicative : prévoir entre 15 à 30 minutes d’apprentissage par objectif pédagogique, en espaçant les séquences si possible.
  • Rythme : privilégier des séquences courtes et régulières plutôt qu’une formation intensive sur peu de temps.

Ce programme détaillé servira de base solide pour choisir les supports et activités les plus adaptés, en cohérence avec les objectifs visés et le public cible. Il garantira une formation sur-mesure de qualité.

Intégrer des éléments multimédias et interactifs

Pour rendre une formation vraiment motivante, vous pouvez intégrer :

  • Des vidéos : petites démonstrations filmées, interviews d’experts, témoignages… Elles permettent d’illustrer concrètement les notions et de varier les formats.
  • De l’interactivité : simulations, exercices pratiques, quizz… L’apprenant devient acteur de sa formation, ce qui renforce son engagement.
  • Des éléments ludiques et de gamification : points, badges, classements… Un peu de compétition booste la motivation !
  • Des outils collaboratifs : wikis, forums, messagerie… Ils favorisent les échanges et le partage de connaissances.

Selon une étude LinkedIn de 2020, l’intégration d’éléments interactifs peut augmenter l’engagement des apprenants de plus de 40%.

Adopter une approche microlearning

Le microlearning est une approche intéressante et de plus en plus utilisée qui consiste à découper la formation en micro-modules de 5 à 15 minutes. Chaque module aborde une compétence spécifique de manière très ciblée.

Cette segmentation en petites unités favorise l’engagement et la mémorisation. Selon les recherches du Dr Paul Kelley, nous retenons 20% de ce que nous entendons et 90% de ce que nous faisons. D’où l’intérêt de cette approche active !

Avec Toolearn, formez vos équipes aux dernières innovations via des micro-learning ciblés et stimulants. En 15 min chrono, vos collaborateurs maîtrisent de nouvelles compétences et gagnent en agilité. Formez une main-d’œuvre qualifiée grâce à notre approche flexible et adaptée aux enjeux business de votre secteur. Devenez une entreprise apprenante avec notre accompagnement sur-mesure !

Permettre un apprentissage flexible et à son rythme

L’un des grands avantages des formations digitales est qu’elles permettent un apprentissage flexible, que l’on peut suivre où on veut et quand on veut.

Concrètement, plusieurs possibilités :

  • Donner accès à l’ensemble du parcours dès le début, pour que chacun puisse naviguer librement dans les modules selon ses besoins.
  • Permettre de suspendre une formation en cours et de la reprendre plus tard là ou on s’est arrêté.
  • Offrir la possibilité de revenir en arrière et de revoir certaines parties autant de fois que nécessaire.
  • Laisser la liberté à chacun d’avancer à son propre rythme dans les contenus, sans pression du groupe.
  • Proposer des parcours adaptatifs qui orientent l’apprenant vers les modules correspondant le mieux à son niveau et à ses besoins.

Cette flexibilité est plébiscitée par les apprenants d’aujourd’hui et facilite grandement l’acquisition des connaissances. Selon une étude LinkedIn de 2021, 89% des salariés jugent essentiel de pouvoir suivre une formation au moment qui leur convient le mieux. Les outils numériques permettent donc de répondre facilement à cette attente.

Déployer et améliorer les supports de formation

Tester et recueillir du feedback

Avant de déployer une formation à grande échelle, vous pouvez réaliser des tests utilisateurs auprès d’un échantillon représentatif du public cible :

  • Leur faire suivre tout ou partie de la formation dans des conditions réelles.
  • Récolter leur feedback via des questionnaires ou des entretiens individuels pour identifier les points d’amélioration :
    1. Contenus à clarifier ou approfondir,
    2. Problèmes techniques ou ergonomiques,
    3. Suggestions pour rendre la formation plus engageante.
  • Apporter les ajustements nécessaires sur la base de ce retour terrain.
  • Réitérer les tests et ajustements de manière itérative avant le lancement officiel.

Cette phase de test est indispensable pour s’assurer que la formation répond parfaitement aux attentes des utilisateurs finaux et qu’elle atteint ses objectifs pédagogiques.

Selon une étude menée par le Learning Consortium en 2022, les formations testées et améliorées obtiennent une satisfaction moyenne de 83%, contre seulement 62% pour celles lancées sans test utilisateur préalable.

Mettre à jour régulièrement les contenus

Pour que les formations restent pertinentes et à jour dans la durée, vous devrez prévoir un processus de mise à jour régulière des contenus. Quelques bonnes pratiques :

  • Planifier des revues de contenus à intervalles réguliers (par exemple tous les 6 mois), en fonction de la vitesse d’évolution des connaissances dans le domaine concerné.
  • Faire réaliser ces revues par des experts métier internes ou externes, capables d’identifier les mises à jour nécessaires.
  • Mettre en place un comité éditorial en charge de valider les modifications et de garantir la cohérence pédagogique de l’ensemble.
  • Profiter des retours des apprenants pour identifier les points à actualiser en priorité.
  • Pour les contenus digitaux, automatiser autant que possible la mise à jour via des CMS ou LMS qui facilitent l’intégration de nouveaux contenus.
  • Informer les apprenants des nouvelles versions disponibles pour qu’ils restent à jour.
  • Conserver des archives des anciennes versions pour permettre l’accès à l’historique.

Une étude LinkedIn de 2022 montre que 73% des apprenants jugent frustrant de suivre une formation avec des contenus obsolètes. Maintenir ses formations à jour doit donc être une priorité pour toute organisation formatrice.

Mesurer l’efficacité des formations

Pour s’assurer de l’impact réel des formations,vous devrez mettre en place des outils de mesure :

  • Le taux de complétion : mesure le pourcentage d’apprenants qui vont au bout de la formation. Un taux faible peut révéler un problème de qualité ou de pertinence des contenus.
  • Les résultats aux évaluations (quiz, exercices…) : permettent de vérifier l’atteinte des objectifs pédagogiques sur un échantillon représentatif.
  • Les enquêtes de satisfaction à chaud et à froid : donnent un aperçu subjectif de la perception des apprenants.
  • L’impact sur la performance au travail : des évaluations du manager quelques semaines après la formation donnent une mesure objective de l’efficacité opérationnelle.
  • Le ROI : mesure du retour sur investissement grâce à l’analyse coût/bénéfices de la formation.

Ces indicateurs, suivis dans la durée, permettent d’identifier les points forts et les axes d’amélioration pour optimiser l’efficacité des dispositifs de formation. Selon une étude LinkedIn de 2021, les entreprises analysant ces données observent une augmentation de 18% de la productivité des employés formés.

Accompagner les formateurs dans la création de contenus

Pour aider les formateurs internes à créer des contenus de qualité, on peut leur fournir :

  • Des templates de cours, exercices, évaluations… déjà structurés pour gagner du temps.
  • Des exemples concrets de contenus réussis dans notre domaine, pour s’en inspirer.
  • Un guide des bonnes pratiques avec des conseils avisés :
    1. Varier les formats (vidéo, interactif, jeux…),
    2. Favoriser une approche visuelle,
    3. Segmenter en petits modules,
    4. Intégrer des mises en situation,
    5. Prévoir des récapitulatifs,
    6. Soigner l’expérience utilisateur…
  • Des ressources réutilisables : banque d’images, motion design, quiz type…
  • Un accompagnement pédagogique pour les guider sur la structuration et les méthodes d’apprentissage.
  • Des retours réguliers sur leurs productions pour identifier les points d’amélioration.

L’enjeu est de permettre à chaque formateur de capitaliser sur l’expérience collective pour monter rapidement en compétences. Selon une étude LinkedIn, fournir des ressources et bonnes pratiques en amont réduit de 35% le temps de création de contenus.

Motiver les experts métier à partager leurs connaissances

Pour inciter les experts de l’entreprise à partager leur savoir via des formations, quelques astuces :

  • Valoriser leur participation en interne : les mettre en avant dans les communications, leur donner un statut de “formateur référent”.
  • Prévoir des incentives : prime financière, jours de congé supplémentaires, budget formation plus important…
  • Mettre en place une plateforme très simple d’utilisation pour créer du contenu en autonomie, sans compétences techniques particulières.
  • Leur fournir des templates et conseils pour produire facilement des cours, vidéos, quiz…
  • Organiser des ateliers de partage de bonnes pratiques entre experts pour développer une culture du partage.
  • Récompenser les contributeurs les plus actifs via des challenges internes, trophées, statuts VIP…
  • Rappeler régulièrement les bénéfices collectifs : transmission des savoir-faire, employabilité des équipes, attractivité de l’entreprise.

D’après une étude LinkedIn de 2022, mettre en avant la contribution individuelle et collective peut augmenter la participation des experts de 72%. Le partage de connaissances doit être promu comme une valeur clé de l’entreprise.

Avec Toolearn, misez sur des contenus dynamiques et interactifs pour booster leur engagement. Nos quizz ludiques, simulations réalistes et jeux rendent la formation vivante. Vos collaborateurs retiennent mieux les messages et les mettent en pratique au quotidien. Adoptez dès maintenant une expérience d’apprentissage motivante pour des résultats concrets en entreprise ! Découvrez nos solutions innovantes.

Partager sur :

Lire plus d’articles

Qu’est-ce que le scribing ?

Qu’est-ce que le scribing ?

Vous avez déjà assisté à une conférence ou une réunion où un artiste dessinait en direct le contenu des échanges ? Vous avez été bluffé par sa...